Bien des personnes confondent estime de soi et confiance en soi. La grande différence entre ces deux notions se situe dans notre perception mentale, cerveau gauche et cerveau droit. L'estime de soi, quelque soit son niveau, se situe dans notre conscient, notre cerveau logique, cartésien et méthodique. La confiance en soi, bâtie depuis le plus jeune âge, est quand à elle inconsciente.Notre inconscient est notre cerveau émotionnel, créatif et celui de notre perception intérieure. La matérialisation de la confiance en soi se situe au niveau de nos actions spontanées et naturelles : si vous souhaitez avoir une idée plus juste de votre réelle confiance en vous, posez-vous la question de comment vous vous lancez dans vos actions et comment vous vous comportez une fois celle ci lancées ?

 

La confiance en soi amène, ceux qui en ont suffisamment, à agir avec un sentiment de sécurité intérieure. Si ce sentiment vous fait défaut vous ne pourrez pas risquer, entreprendre, oser et vous affirmer. Cette carence vous confine dans l'attentisme, le pessimisme voir le défaitisme. 

 

"Persuadé que vous n'y arriverez pas, vous réussirez pleinement votre échec".

 

Le fait d'échouer entretient et donne raison à votre propre pronostic. Vous vous prouvez à vous mêmes que vous aviez raison. Dés lors vous ancrez votre cerveau droit, émotionnel (inconscient) cet état d'incompétence, cette mauvaise image de vous.

C'est un cercle vicieux : Vos échecs ne sont que la concrétisation de ce manque de confiance en vous, qui produit de nouveaux échecs et ainsi de suite....

 

L'hypnose peut rétablir durablement votre confiance en vous, en agissant et en « manipulant » de façon bienveillante votre cerveau droit. Une chose essentielle à comprendre est que le patron n'est pas votre conscient : il a beau vouloir, il ne peut pas tant, que votre cerveau droit émotionnel...votre inconscient n'a pas donné son feu vert.

 

Beaucoup d'éléments peuvent être à l'origine d'un manque de confiance en vous. Cependant il est souvent ancré dés l'enfance, par la parole « sacro-sainte » des parents. Un enfant ne remet jamais la parole de ses parents en cause et prends comme vérité ce qu'on lui sert. Ainsi, des reproches, une honte sur la propreté, même tout petit l'enfant le ressent et le vis comme une réalité de sa personne. Un trait de caractère souligné pendant plusieurs jours voir plusieurs semaines, comme par exemple : « Qu’est ce que tu es maladroit ! » Sera un puissant ancrage et l'enfant deviendra maladroit. 

 

"Le premier ennemi a combattre est à l'intérieur de soi. Souvent c'est le seul"

 

Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par l'ECH

Connexion