Le deuil : Tourner la page du chagrin grâce à l’EMDR.

 

La vie est faite de deuils : une séparation, l’envol des enfants et la perte d’un emploi peuvent être des deuils tout aussi  douloureux et traumatisants que la perte d’un être cher.

 

Faire la paix avec la perte et estomper la douleur demandent du temps et de l’énergie. Certains vivront la perte d’un être cher ou d’une transition de vie comme insurmontable et d’autres se retrouveront dans une fatigue (saturation) psychique invivable.

Quelque soit le deuil auquel nous sommes confrontés, il amène souvent à se poser des tas de questions. Ces questions peuvent porter sur notre raison à continuer à vivre ou encore gérer la vie de famille, matérielle ou affective et bien souvent, on tourne en rond, enveloppé par notre chagrin.

Le temps aidant, nous finissons à faire avec le deuil et à nous remettre de cette perte dans bien des cas. Cependant pour certaines personnes c’est bien plus difficile et cela ne passe pas ou mal. La raison à cela est difficile à établir car chaque personne, développe son propre deuil et la manière de le gérer. Il résonne d’autant de façons qu’il y a de personnes différentes. Le temps est notre ami dans ce processus d’acceptation sauf lorsque 15 ans après nous nous apercevons qu’un deuil non fait, nous amène à des relations complexes et souvent remplies de souffrance dans notre présent.

 

Le processus de deuil accéléré

 

Afin d’entamer un travail de deuil, il nous faut abattre une fausse croyance dans un premier temps : « Cesser de pleurer une personne est cesser de l’aimer ou de l’oublier ». L’EMDR n’effacera pas votre passé, ni l’image de la personne aimée. Cette thérapie permet une décharge émotionnelle et de passer les étapes du deuil plus rapidement. Elle ne touche ni à l’affectif, ni aux émotions saines.

Cette méthode très efficace part du traumatisme de l’être cher ou de la séparation (pour ne citer que ces exemples) afin de « retraiter » l’information par notre cerveau inconscient. Lors des mouvements bi-occulaires pendant la séance, le traumatisme va peu à peu s’estomper et notre souvenir se libérer des émotions souffrantes. La personne peut enfin dépasser la douleur et vivre pleinement au présent. 

Françoise Shapiro qui a mis au point la méthode thérapeutique de l’EMDR disait : « […] aux patients de faire leur deuil avec un sentiment très fort de paix intérieure » (Shapiro, 2007).

 

Un accompagnement pour réapprendre à vivre sereinement et reprendre confiance en soi et en la vie est parfois nécessaire. Celui-ci se fait par le biais de l’hypnose, qui rétablit l’estime de soi et surtout l’amour de soi.

 

 

Proverbe : «  le malheur de l’avoir perdu ne doit pas te faire oublier le bonheur de l’avoir connu »

 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été proposé par l'ECH

Connexion